Les repères philosophiques

Publié le par Bégnana Patrice

 

1. Absolu/relatif

Absolu se dit de ce qui n’a besoin de rien d’autre pour être ou pour être pensé.

Relatif se dit de ce qui dépend d’autre chose pour être ou pour être pensé.

 

2. Abstrait/concret

Le concret s’oppose à l’abstrait comme le particulier à l’universel ou au général.

L’abstrait est ce qui est pensé à part du tout dans lequel il se trouve. Le concret est ce tout.

 

3. En acte/en puissance

En acte se dit de ce qui est pleinement, de ce qui est pendant l’action, de ce qui s’effectue.

En puissance se dit de ce que peut réaliser un objet, un vivant ou une personne mais qu’il ne réalise pas.

 

4. Analyse/synthèse

L’analyse consiste à séparer ce qui appartient à une chose pour la penser à part ou à décomposer un tout ou à remonter des effets à la cause. Elle paraît être ainsi le procédé de la découverte de la connaissance.

La synthèse consiste à lier des éléments en un tout ou à composer un tout ou à descendre des causes aux effets. Elle paraît être ainsi le procédé de l’exposition de la connaissance.

 

5. Cause/fin

Une cause se dit généralement de ce qui précède et produit autre chose nommé effet.

Une fin est ce qui est visé afin d’être réalisé par un moyen.

Aussi le moyen est-il la cause de l’effet qui est la fin.

La différence entre le simple effet et la fin et la cause et le moyen tient en ce que fin et moyen sont pensées comme précédant au moins dans la représentation en se présentant dans l’ordre inverse l’un de l’autre.

 

6. Contingent/nécessaire/possible

Contingent se dit de ce qui existe ou existera mais aurait pu être autrement qu’il n’est ou pourra être autre lorsqu’il advient.

Nécessaire se dit de ce qui existe et ne peut être autrement ou dont la négation est contradictoire.

Possible se dit de ce qui n’est pas contradictoire ou de ce qui est conforme aux lois physiques.

 

7. Croire/savoir

Croire, c’est tenir pour vrai même ce dont on n’a ni preuve, ni démonstration.

Savoir, c’est tenir pour vrai ce dont on a une preuve ou une démonstration.

 

8. Essentiel/accidentel

Essentiel se dit de ce sans quoi un être au sens large (choses, personnes, etc.) ou une pensée ne pourrait pas être ce qu’elle est.

Accidentel se dit de ce sans quoi un être au sens large ou une pensée pourrait être ce qu’elle est.

 

9. Expliquer/comprendre

Expliquer se dit au sens étroit de ce qui permet de rendre compte d’un effet.

Comprendre se dit au sens étroit de ce qui permet de rendre compte du sens d’un texte ou d’un acte ou d’une situation.

10. En fait/en droit

En fait se dit de ce qui est donné ou de ce qui est en usage.

En droit se dit de ce qui est une norme qui n’est pas toujours mises en œuvre.

 

11. Formel/matériel.

Formel se dit de ce qui concerne la forme, aussi bien au sens de la figure spatiale, que ce qui concerne l’essence même de la chose, autrement dit ce qui la constitue.

Matériel se dit de ce de quoi est faite une chose ou ce qui est donné physiquement ou au plan du contenu.

 

12. Genre/espèce/individu.

Le genre désigne un principe de classification qui comprend des espèces, classes incluses en lui.

L’espèce se dit d’un principe de classification qui peut avoir une réalité comme en biologie qui comprend des individus.

L’individu se dit de la plus petite entité existante qui subsiste par elle-même de façon indépendante.

 

13. Idéal/réel.

Idéal se dit de la représentation d’une perfection en son genre qui peut n’exister que dans la pensée.

Réel se dit de ce qui existe indépendamment de la représentation et qui n’est pas nécessairement parfait, voire peut être jugé imparfait.

 

14. Identité/égalité/différence.

L’identité se dit de ce qui demeure le même qualitativement.

L’égalité se dit de ce qui quantitativement est le même.

La différence se dit de ce qui ni qualitativement ou ni quantitativement n’est le même.

 

15. Intuitif/discursif.

Intuitif se dit d’une connaissance immédiate d’une chose ou de soi-même qui ne passe pas par la formulation de propositions.

Discursif se dit d’une connaissance médiate d’une chose ou de soi-même en ce qu’elle passe par l’enchaînement de propositions.

 

16. Légal/légitime.

Légal se dit de ce qui est conforme à la loi, que ce soit la loi positive telle qu’elle est donnée ou que ce soit à la loi morale.

Légitime se dit de ce qui est fondé par la loi positive ou se dit de ce qui est moral, éventuellement en opposition avec ce qui est légal.

 

17. Médiat/immédiat

Médiat se dit de ce qui est intermédiaire entre deux choses ou deux idées.

Immédiat se dit de ce qui se présente sans intermédiaire, idée ou chose.

 

18. Objectif/subjectif

Objectif se dit de ce qui se rapporte à l’objet, qu’il s’agisse d’une chose ou d’une personne.

Subjectif se dit de ce qui se rapporte au seul sujet, qui n’a de sens et de valeur qu’en première personne.

 

19. Obligation/contrainte.

L’obligation se dit de ce que la loi, juridique ou morale, prescrit soit qu’elle vise le bien, soit qu’elle le définisse.

La contrainte se dit de ce qui entrava la volonté du sujet, soit physiquement, soit mentalement.

 

20. Origine/fondement.

L’origine désigne ce qui est le commencement d’une chose, d’une institution, d’un acte, d’une personne, voire sa cause.

Le fondement désigne ce qui fait la validité d’un acte, d’une institution, etc.

 

21. Persuader/convaincre.

Persuader au sens étroit, c’est faire tenir pour vraie une croyance en s’appuyant sur les sentiments, les désirs ou les opinions communes du sujet.

Convaincre au sens étroit, c’est faire tenir pour vraie une proposition en s’appuyant sur la raison du sujet.

 

22. Ressemblance/analogie

La ressemblance se dit de caractères communs entre des objets par ailleurs différents.

L’analogie c’est l’égalité – la proportion – ou la ressemblance de deux rapports.

 

23. Principe/conséquence

Un principe est premier soit dans l’être, soit dans la pensée. Ce qui en découle est une conséquence.

On peut distinguer le principe absolu ou premier principe du simple principe qui peut lui-même être une conséquence d’un autre principe.

 

24. En théorie/en pratique.

En théorie se dit de ce qu’on se représente par la raison d’une réalité sociale, voire d’une réalité en général.

En pratique se dit de ce qui se passe dans la réalité ou dans l’action et qui peut s’opposer à ce qu’on se représente en théorie.

 

25. Transcendant/immanent

Transcendant désigne ce qui est au-delà d’une réalité donnée.

Immanent se dit par opposition de ce qui est du même ordre d’une réalité donnée ou qui lui appartient.

 

26. Universel/général/particulier/singulier

Universel se dit de ce qui est valable pour tous les sujets ou de ce qui est valable pour tous les éléments d’un ensemble donné.

En ce dernier sens universel et général ont le même sens.

Particulier se dit de ce qui est valable pour quelques éléments d’un ensemble donné, voire pour un seul.

Singulier se dit de ce qui est valable pour un élément et un seul.

 

Publié dans Cours L ES S

Commenter cet article

Aarius Kasonga 04/10/2016 13:49

J"aime vraiment et j"adore ses informations