Charles Taylor biobibliographie

Publié le par Bégnana

Charles Taylor est né le 5 novembre 1931 à Montréal au Canada d’un père anglophone et d’une mère francophone. Il a étudié à l’Université McGill (baccalauréat en histoire en 1952) et à l’Université d’Oxford en Angleterre (baccalauréat en sciences politiques, philosophie et économie en 1955). Il obtient une maîtrise en 1960 et un doctorat en 1961. De 1961 à 1997 il a enseigne les sciences politiques et la philosophie à l’Université McGill.

Charles Taylor a été candidat pour le Nouveau Parti Démocratique aux élections canadiennes fédérales de 1962, 1963, 1965 et 1968. À ses trois premières élections, il se présente au comté électoral de Mont-Royal. En 1965 il se place deuxième contre le futur premier ministre Pierre-Elliott Trudeau (1919-2000). À son quatrième et dernier essai en 1968 il se présente au comté de Dollard et est de nouveau second.

En septembre 2007, il est nommé co-président de la Commission de consultation sur les pratiques d’accommodements reliées aux différences culturelles (CCPARDC, dite « Commission Bouchard-Taylor ») avec le sociologue et historien Gérard Bouchard (né en 1943) par le gouvernement Charest (né en 1958).

En mars 2008, il quitte la CCPARDS)

 

Œuvres : The Explanation of Behaviour (1964) ; Hegel (1975) ; Hegel and Modern Society (1979 traduction française Hegel et la société moderne, Le Cerf, 1998), Social Theory as Practice (1979) ; Human Agency and Language, Philosophical Papers 1, Philosophy and the Human Sciences, Philosophical Papers 2 (1985) Source of the Self: The Making of the Modern Identity (1989, traduction française Les sources du moi. La formation de l’identité moderne, Paris, Éditions du Seuil, 1998) ; The Malaise of Modernity (1991 traduction française Le Malaise de la modernité (Grandeur et misère de la modernité), Paris, Le Cerf, 2002) ; Rapprocher les solitudes. Écrits sur le fédéralisme et le nationalisme au Canada (1992) ; Multiculturalisme, différence et démocratie (1992) ; Multiculturalism and The Politics of Recognition (1992 traduction française, Multiculturalisme, Flammarion, 1997) ; Reconciling the Solitudes : Essays on Canadian Federalism and Nationalism (1993) ; Multiculturalism. Examining the Politics of Recognition (1994 traduction française, Multiculturalisme. Différence et démocratie, Aubier, Paris.) ; Philosophical Arguments (1995) ; « Qu’est-ce que le Soi ? », in Dormir, rêver, mourir, Nil éditions, retranscription de la quatrième conférence Esprit et Vie avec l’actuel Dalaï Lama, 1998) ; La Liberté des modernes, Paris, Presses universitaires de France (1999) ; A Catholic Modernity (1999), Oxford University Press ; Varieties of Religion Today. William James Revisited (2004) ; Modern Social Imaginaries (2004); The Ethics of Authenticity, (2005) ; (en) A Secular Age (2007, vainqueur la même année du Templeton Prize) ; Laïcité et liberté de conscience, avec Jocelyn Maclure, Montréal, Éditions La Découverte (2010) ; L’Age séculier, traduit de l’anglais du Canada par Patrick Savidan, Seuil, « Les Livres du Nouveau Monde » (2011).

 

 

Publié dans Auteurs

Commenter cet article