Sujet et corrigé (terminales technologiques) : texte de Bergson sur la culture

Publié le par Bégnana

En vain on essaie de se représenter un individu dégagé de toute vie sociale. Même matériellement, Robinson1 dans son île reste en contact avec les autres hommes, car les objets fabriqués qu’il a sauvés du naufrage, et sans lesquels il ne se tirerait pas d’affaire, le maintiennent dans la civilisation et par conséquent dans la société. Mais un contact moral lui est plus nécessaire encore, car il se découragerait vite s’il ne pouvait opposer à des difficultés sans cesse renaissantes qu’une force individuelle dont il sent les limites. Dans la société à laquelle il demeure idéalement attaché il puise de l'énergie ; il a beau ne pas la voir, elle est là qui le regarde : si le moi individuel conserve vivant et présent le moi social, il fera, isolé, ce qu’il ferait avec l’encouragement et même l’appui de la société entière. Ceux que les circonstances condamnent pour un temps à la solitude, et qui ne trouvent pas en eux-mêmes les ressources de la vie intérieure profonde, savent ce qu’il en coûte de se « laisser aller », c’est-à-dire de ne pas fixer le moi individuel au niveau prescrit par le moi social.

Bergson, Les deux sources de la morale et de la religion (1932)

 

1. Robinson Crusoé est un personnage de marin échoué sur une île déserte inventé par le romancier anglais Daniel Defoe (1660-1731) dans son roman La vie et les aventures de Robinson Crusoé (1719).

  

Pour expliquer ce texte, vous répondrez aux questions suivantes, qui sont destinées principalement à guider votre rédaction. Elles ne sont pas indépendantes les unes des autres et demandent que le texte soit d'abord étudié dans son ensemble.

 

Questions :

1) Dégagez l’idée principale et les étapes de l’argumentation.

2) Expliquez : « un contact moral ».

3) L’individu n’est-il rien hors de toute civilisation ?

 

Corrigé

 

1. Bergson veut montrer qu’il est impossible de concevoir un individu qui serait hors de toute civilisation.

Pour cela il s’appuie sur le cas du personnage du roman de Defoe, Robinson Crusoé dont tout le monde sait qu’il était seul sur une île déserte. Autrement dit, le cas est le plus défavorable en apparence à l’auteur. Or, Bergson commence par faire remarquer que cette solitude par rapport à la société est toute relative puisque le naufragé dispose des objets techniques qu’il a pu prendre après le naufrage. Dès lors, matériellement, il n’est pas seul malgré l’apparence. Les objets techniques appartiennent à la société d’où il vient. Ils sont des éléments de sa civilisation. Par eux, Robinson reste en contact avec elle.

Toutefois, ce contact matériel ne paraît pas suffisant à l’auteur. C’est pourquoi Bergson indique que le contact moral l’est plus. Pourquoi ? C’est qu’outre les objets techniques, il y a les façons de vivre, c’est-à-dire les mœurs, qui comprennent d’ailleurs l’usage des objets techniques. Ce sont elles qui lui permettent de faire face aux difficultés qu’ils rencontrent. Ce sont elles qui lui donnent surtout l’énergie nécessaire pour continuer à lutter. Autrement dit, les mœurs sont présentes en Robinson. En effet, Bergson remarque qu’il reste attaché à la société. Comment ? Parce qu’il a en lui un moi social, c’est-à-dire une identité qui lui vient de la société dans laquelle il a été éduqué. Ce moi social est le regard de la société sur lui-même lorsqu’il semble isolé sur son île déserte. Aussi Bergson en déduit que l’individu isolé agira comme s’il recevait les encouragements et l’appui de la société tout entière. C’est donc dire que la société n’est pas extérieure à l’individu.

Enfin, Bergson prend le cas justement d’hommes qui sont conduits par les circonstances à la solitude. Il quitte donc le cas de personnage fictif. Il leur faut trouver en eux les ressources de l’action. Si tel n’est pas le cas, ils sont conduis à se « laisser aller ». Bergson définit le « laisser aller » comme le fait de ne pas amener le moi de l’individu au niveau du moi social, c’est-à-dire au niveau des exigences intériorisées de la vie sociale. Dès lors, il ne peut véritablement vivre.

 

2. L’idée d’ « un contact moral » est pour le moins étrange. C’est qu’en effet, pour qu’il y ait contact, il faut que deux corps soient dans le même espace et n’aient entre eux aucune distance au moins sur un point. Or, le naufragé sur une île déserte par définition est séparé de tout contact. C’est la raison pour laquelle l’idée de contact moral implique que la société ou civilisation soit présente dans le naufragé. C’est le sens de la notion de moi moral. Par là Bergson doit entendre toutes les habitudes, devoirs et façon d’être acquis par Robinson lorsqu’il vivait au milieu de ses compatriotes. Conservant ses mœurs sur l’île, c’est comme s’il était toujours proche de ses compatriotes. Le contact moral se situe donc dans l’individu entre son moi propre ou « moi individuel » et son « moi social ».

 

3. Bergson refuse l’idée qu’on puisse concevoir l’individu hors de toute civilisation. C’est qu’en effet ; même seul, l’individu conserve ce qu’il a acquis. Sans cela, il ne serait rien.

Pourtant lui-même admet que l’individu peut se laisser aller comme s’il avait au moins une sorte de pouvoir négatif.

Ne peut-on pas aller plus loin et penser que l’individu peut aller à l’encontre de sa civilisation ? N’est-ce pas ainsi que des inventions sont possibles ? Dès lors, est-il vrai qu’il n’est rien hors de toute civilisation ?

 

Il est vrai que concevoir l’homme hors de toute civilisation implique de lui ôter tout ce qu’il a acquis grâce à son éducation. Si on considère qu’un homme n’est ni Indien, ni Tartare, ni de Genève ou de Paris, à l’instar de Rousseau dans sa lettre à Philopolis, il faut alors concevoir l’homme en général. Or, on trouvera que cet homme à l’état de nature ne sait rien faire de proprement humain. Il en a l’aspect physique. Tout au plus, on peut lui accorder à titre de virtualités la pensée, la capacité de parler voire de fabriquer des objets utiles ou encore d’obéir à des règles.

Néanmoins, l’homme hors de toute civilisation n’est pas absolument rien. Si on peut le concevoir élever par des singes ou des loups, l’inverse n’est pas possible. Autrement dit, l’homme n’est pas un être naturel. N’est-ce pas ce qui fait qu’il est capable de résister à la société et donc à sa civilisation ?

 

Remarquons en effet avec Bergson que l’homme peut se laisser aller s’il est seul. Mais même en société il est possible d’être seul ou de se rendre solitaire. L’homme a donc un pouvoir négatif de résister à la vie sociale. Par conséquent, il n’est pas rien hors de toute civilisation. Chez les animaux sociaux, l’individu ne se laisse jamais aller. Il suit son instinct. L’homme quant à lui a besoin d’être éduqué. Par conséquent, c’est son penchant à la liberté qui le caractérise comme Kant l’a soutenu dans son Traité de pédagogie.

Toutefois, ce pouvoir apparaît bien négatif et ne montre rien que l’individu puisse apporter à la civilisation. Si donc l’homme doit être éduqué par l’homme, c’est qu’il est capable d’inventer. N’est-ce pas ce qui est propre à l’individu ?

 

En effet, quoique aucun homme ne puisse seul s’éduquer, et en ce sens Bergson a raison de penser qu’il n’y a pas de solitude absolue, l’homme n’est pas seulement le produit de sa civilisation. Si c’était le cas, il n’y aurait jamais de changement. Il faudrait même considérer que la civilisation humaine ressemble à une sorte de fourmilière. Or, il n’en est rien.

Sans vouloir développer outre mesure ce point, remarquons que les outils que Robinson prend sur le bateau ont été inventés par des hommes qui ont trouvé en eux et non dans leur civilisation les ressources nécessaires. De même, en matière de règles sociales, il est possible de les modifier. Ce sont même des hommes qui ont inventé la politique, c’est-à-dire un espace de discussion pour choisir selon quelles lois la cité doit s’organiser.

 

En un mot, on doit convenir avec Bergson que hors de la civilisation, l’homme n’est que virtualités. En ce sens seulement, il n’est rien. Pourtant, il dispose non seulement d’un pouvoir négatif, mais également d’un pouvoir de création à partir duquel la civilisation peut être changée. Dès lors, l’individu peut être quelque chose hors de ce que lui apporte la civilisation, à savoir ce qu’il lui apporte.

Commenter cet article