Sujet et corrigé d'une dissertation : Y a-t-il des opinions indéfendables ?

Publié le par Bégnana

Il n’est pas de société, si tolérante qu’elle soit, qui n’interdise l’expression de certaines opinions et dont l’éducation vise à les déraciner. Tout se passe donc comme si chaque société considérait qu’il y a des opinions indéfendables.

Et il est vrai qu’il paraît difficile d’accepter que l’on pense qui est le contraire de toute pensée et qui dès lors est indéfendable à raison de son caractère même.

Toutefois, il n’en reste pas moins vrai que pour pouvoir qualifier une opinion d’indéfendable, encore faut-il l’avoir examinée et lui avoir donné la chance de faire valoir ses droits comme à tout accusé, ce qui revient à la défendre.

Dès lors, on peut se demander s’il y a des opinions indéfendables ou s’il est possible de soutenir et de faire valoir n’importe quelle opinion. Les opinions illogiques sont-elles indéfendables ? Sont-ce les opinions immorales ? Peut-on penser qu’il n’y a aucune opinion indéfendable dans l’absolu.

 

Il existe des opinions assez diverses. Au sens le plus large, une opinion, c’est ce qu’on tient pour vrai. Or, on peut avoir des preuves de ce qu’on avance. On parlera en ce sens de connaissance et on distinguera l’opinion à proprement parler qui est une thèse que nous soutenons même et surtout si nous n’avons aucune preuve. Une opinion ne repose alors sur rien. On pourrait croire que toutes les opinions sont indéfendables. Pourtant, si je soutiens qu’il fera beau demain, je peux me défendre, c’est-à-dire indiquer les apparences sur lesquelles je me fonde. Ainsi les prisonniers de la caverne de Platon selon le livre VII de La République. Ils sont plus ou moins habiles à deviner les ombres des objets qui défilent derrière eux, éclairés par un feu et qu’ils ignorent, qui se reflètent sur la paroi qui est devant eux qui arrivent en fonction de celles qu’ils sont accoutumés à voir. Bref, une opinion est strictement défendable du point de vue d’une logique des apparences.

Or, parmi les opinions, certaines quoiqu’opposées entre elles sont conformes à la logique alors que d’autres sont strictement illogiques. Ce sont ces opinions illogiques qui sont indéfendables puisqu’elles ne s’appuient même pas sur des apparences. C’est ainsi que les propos d’un fou qui croit être en verre comme l’étudiant de la nouvelle de Cervantès (1547-1616), « Le licencié de verre » sont strictement indéfendable. Ne peut-on pas toutefois dire qu’on peut les défendre comme l’expression d’un point de vue individuel quoiqu’aberrant ?

Nullement car il ne peut y avoir de vie en communauté que sur la base d’une compréhension mutuelle, d’une communication. Or qui dit communication dit partage. La logique, ce sont les règles du partage. Par exemple si je dis une chose et son contraire, mon propos n’a aucun sens et je ne peux le partager. Par extension, un propos qui contredit absolument toutes les apparences et toutes les opinions apparaît indéfendable. C’est la raison pour laquelle la communication est si difficile avec les fous.

Toutefois, rien n’interdit comme dans la religion de faire confiance en ce qui est illogique. La foi qui consiste à croire ce qui est absurde selon le mot qu’on prête au père de l’Église Tertullien (entre 150 et 160 – entre 230 et 240) rend défendable toutes les opinions. Ne faut-il pas alors penser que c’est l’immoralité qui fait le caractère indéfendable des opinions ?

 

En effet, défendre une opinion c’est moins montrer qu’elle a un sens intellectuel qu’elle n’est pas contraire à la moralité, bref, qu’on peut légitimement la choisir. C’est qu’une opinion n’est pas seulement un point de vue que le sujet estime vrai sur quelque chose qu’une action possible. Une opinion est moins un point de vue théorique qu’un point de vue pratique. C’est pour cela qu’elle exprime souvent nos désirs. Qui a pour opinion que les femmes sont destinées aux travaux ménagers n’hésitera pas à agir pour qu’elles ne travaillent pas, ne votent pas, etc. Car si une hypothèse appelle la vérification, l’opinion implique l’action.

Dès lors, une opinion immorale apparaît indéfendable en ce qu’elle ne peut être justifiée en ce qu’elle préconise de mal agir. Et comme elle suscite l’action, la penser est déjà une faute s’il est vrai que l’intention en matière morale est une faute. C’est pour cela qu’on rejette l’expression d’opinions qui sont contraires aux bonnes mœurs. Il est vrai qu’elle varie sur certains points selon les sociétés. Il n’en reste pas moins vrai que pour toutes les sociétés, il y a des opinions comme celles qui visent la destruction de la société ou la promotion du crime qui sont indéfendables. On pourrait penser qu’une opinion n’est pas indéfendable d’un point de vue de l’individu qui pourrait penser ce qu’il veut.

Or, une opinion immorale est indéfendable même d’un point de vue individuel. C’est qu’en effet, le mal n’est pas seulement ce qui est nuisible pour autrui, c’est également ce qui est nuisible pour soi. Et il est au plus haut point nuisible d’avoir une opinion immorale puisqu’on pourrait mal agir, c’est-à-dire se nuire à soi-même. C’est l’opinion morale qui permet de savoir ce qu’il est bien de faire pour pouvoir le faire. L’individu ne peut donc défendre une opinion immorale en prétendant que c’est lui qui la pense.

Cependant, une opinion apparemment immorale peut se défendre en fonction des circonstances ou de certaines situations sociales. On accorde même à certains crimes des circonstances atténuantes. Une opinion immorale n’étant pas encore une action même si elle la suscite peut donc être défendue. Dès lors, ne faut-il pas abandonner l’idée qu’il y a des opinions indéfendables ?

 

C’est qu’en effet, dire qu’une opinion est illogique ou qu’elle est immorale ou les deux dépend des prémisses dont on part. Il est immoral de ne pas rendre à quelqu’un ce qu’on lui doit mais s’il est devenu fou ou dangereux n’est pas moral. Certaines thèses qui passèrent pour absurdes comme le mouvement de la terre passent pour évidentes. Dès lors, toute opinion peut être défendue quant à son droit à être soutenue pour évaluer si elle est valable ou non. Plus précisément, il faut qu’elle soit examinée, donc défendue comme un avocat défend le criminel le plus endurci, pour qu’on puisse penser qu’elle est illogique ou immorale. Une fois établie qu’elle l’est, l’opinion devient-elle indéfendable ?

Nullement car, l’opinion absurde mérite d’être défendue pour justement voir en quoi elle est absurde. Lorsque les sophistes proposaient à leurs élèves de défendre le pour et le contre, ils donnaient à penser à leurs élèves. Lorsque les rhéteurs se livraient à des éloges paradoxaux comme l’Éloge d’Hélène de Gorgias (~485-~378 av. J.-C.), genre qu’illustre le fameux éloge du tabac qui ouvre le Don Juan (1665) de Molière (1622-1673), ils défendaient ce qui apparaissait indéfendable et permettaient donc de penser autrement une opinion socialement défendue. Défendre la cause de Don Juan, c’est permettre de réfléchir sur les raisons du respect des règles morales, sur le sens de l’échange. C’est certainement aussi donner à réfléchir sur l’hypocrisie. Or, il est clair que qui ne réfléchit pas et obéit par coutume n’agit pas véritablement moralement. Mais répandre des opinions indéfendables n’est-il pas néfaste pour la société ?

Au contraire, la communauté gagne à ce que les opinions les plus absurdes et les plus immorales soient énoncées et publiquement. Elle peut ainsi raffermir ses propres opinions, les éprouver, voire corriger ce qu’elles ont de trop rigides. Être capable d’entendre la défense de l’autre, c’est justement cela penser justement, c’est-à-dire en écoutant de façon impartiale toutes les parties.

 

On peut donc dire en guise de conclusion que les opinions illogiques sont indéfendables du point de vue logique puisqu’elles échappent à la raison et les opinions immorales sont indéfendables parce qu’elles impliquent de faire le mal d’un point de vue social ou d’un point individuel. Et pourtant, il est apparu qu’aucune opinion ne pouvait être considérée comme indéfendable dans l’absolu parce qu’en définitive les défendre c’est donner à penser, c’est éviter le dogmatisme facile et la paresse de la pensée.

 

Publié dans Sujets L ES S

Commenter cet article