Sujet et corrigé d'une dissertation (terminales technologiques) : Que nous apporte la technique ?

Publié le par Bégnana

Les jugements les plus contrastés ont cours sur la technique. Certains y voient l’origine de tous les maux. D’autres leur opposent les progrès que l’humanité a réalisés. Il semble donc que la technique nous apporte les moyens pour réaliser nos fins et qu’ainsi, plus elle est développée, plus elle est intelligente et plus elle est source de bonheur. Qui nierait le progrès médical ? Toutefois, nombreux sont les maux qui frappent l’homme et qui ont pour source apparente des inventions techniques. Pensons par exemple à la bombe atomique. Dès lors, on peut se demander ce que nous apporte la technique. Est-elle la seule condition du bonheur des hommes ? Est-elle dès qu’elle se développe une source d’effroyable misère ou bien nous apporte-t-elle seulement des moyens dont nous usons et qui nous font souffrir seulement lorsque nous nous illusionnons sur leur possibilité ?

 

Il n’est pas d’homme sans technique. Lorsque Rousseau vante la vie des sauvages, il décrit une technique frustre mais une technique quand même. Elle apparaît donc comme le moyen de la vie humaine. En effet, elle est l’ensemble des moyens fabriqués de façon réfléchie. La réflexion technique consiste à essayer de réaliser quelque chose en agissant sur des éléments de la nature. C’est l’artisanat. Il nous apporte les conditions du bonheur, si on entend par là la satisfaction de nos désirs.

C’est encore plus vrai de la technique qui se base sur des connaissances scientifiques. Elle permet en effet de « nous rendre comme maîtres et possesseurs de la nature » comme Descartes l’a proposé dans son Discours de la méthode (1637). En effet, en connaissant les lois de la nature, on peut les utiliser à notre profit. La technique nous apporte donc la réalisation de toutes nos aspirations, bref, le bonheur.

Cependant, depuis la révolution néolithique qui a fait apparaître l’agriculture et l’élevage, les relations entre les hommes ne se sont pas améliorées et leur dégradation semble avoir suivi le “progrès” technique. La raison n’en est-elle pas que la technique loin de nous apporter le bonheur nous apporte la misère morale ?

 

En effet, l’artisanat propose des outils à la dimension de l’homme, à la dimension de l’individu. L’outillage des peuples sauvages implique qu’aucun homme ne dépend d’un autre pour sa nourriture. Dès lors, il n’y a pas de domination dans les relations entre les hommes. Il en va tout autrement pour la technique plus avancée.

En effet, lorsqu’elle se développe, lorsqu’elle se spécialise, lorsque chacun dépend des autres pour sa nourriture, alors il devient possible à certains hommes d’en dominer d’autres. C’est pour cette raison que Rousseau dans son Discours sur l’inégalité (1755) regrettait que les hommes aient quitté l’état sauvage, seul moment adapté à leur finitude. Car la technologie, en mettant à portée de mains plus d’objets, met surtout plus de désirs et de frustration dans l’existence humaine.

Néanmoins, il est clair que la technique dépend de l’usage qu’on en fait. Dès lors, la comprendre, c’est permettre de savoir ce qu’elle nous apporte et dès lors ne pas croire qu’elle nous apporte plus que ce qu’elle peut. N’est-ce pas seulement des moyens et non des fins que la technique nous apporte ?

 

En effet, il ne dépend pas des outils qu’on les utilise de telle ou telle façon. Les anciens Tahitiens n’utilisaient jamais l’arc pour la chasse ou la guerre. Il n’y a pas de technique indépendante d’une culture. C’est pour cela qu’un artisanat peut très bien servir à des fins différentes. Et les Jivaros coupeurs de tête, peuple primitif, montrent que la cruauté dépend des hommes et non de leur outillage. Dès lors, la technique apporte des moyens qu’on ne peut absolument distinguer des fins d’une culture. C’est elle qui est contraignante.

Le développement des techniques, l’application des connaissances scientifiques propres à notre culture occidentale ne suffit pas au bonheur. Aussi cette idée nous apporte le malheur de l’illusion. C’est n’est pour cela que nous devons abandonner la technologie. Elle est une condition du bonheur si et seulement si nous lui réservons une place et non la seule dans notre recherche comme Freud l’a soutenu avec raison dans Malaise dans la civilisation (1929).

 

    Disons en guise de conclusion que le problème était de savoir ce que nous apporte la technique. Elle apparaît comme une source de bonheur en tant qu’elle nous permet de réaliser nos fins mais lorsqu’elle est mise au service de mauvaises fins ou lorsqu’on croit qu’elle est le bonheur, alors elle ne nous apporte que malheur.

Commenter cet article

h.s 08/12/2015 20:29

Merci tu es extraordinaire. J'ai trouve bcp de choses que je cherchais. tous les sujets de bac corriges vont bcp m'aider. Merci encore.