Fiche 21 (L, ES, S) : La liberté

Publié le par Bégnana

La liberté est définie communément « faire ce qui nous plaît » ou « faire ce qu’on veut ». La première définition se heurte à une objection facile, à savoir qu’il nous arrive de faire ce qui nous plaît et de ne pas nous sentir libre. C’est le cas dans une addiction. La seconde la contredit. Nous faisons parfois ce que nous voulons parce que nous pensons que c’est meilleur pour nous, même si cela ne nous plaît pas. Par exemple, se faire opérer. Mais dans tous les cas, se sentir libre et être libre ne sont pas la même chose.

Pour être libre au sens métaphysique, il faut choisir. La cigogne qui vole vers les pays chauds n’est pas libre : c’est son instinct qui la gouverne. Se pose alors le problème de savoir si lorsque nous pensons choisir, est-ce que nous choisissons réellement ou bien est-ce que nous sommes dans l’illusion ?

Être libre au sens métaphysique n’interdit pas de ne l’être pas politiquement. Le sujet du despote, l’esclave du maître, le salarié sous la menace permanente du chômage, la femme tenue d’obéir à son mari, l’individu anonyme d’un régime totalitaire, ne sont pas libres.

Qu’entendre par liberté politique ? Consiste-t-elle en la participation à la vie politique (liberté des anciens) ou bien consiste-t-elle à organiser l’espace public de telle sorte que l’individu ait le moins de contraintes possibles (liberté des modernes) ?

Enfin, la liberté consiste-t-elle dans sa dimension métaphysique de choix ou bien n’existe-t-elle que politiquement ?

Publié dans Fiches

Commenter cet article