Fiche C - La raison et le réel

Publié le par Bégnana

 

Analyse.

1. La raison se dit d’abord au sens faible de la faculté qui permet de lier des termes pour constituer des propositions (cf. « le raisonnement n’est rien autre chose qu’un assemblage et enchaînement de mots par ce mot est » selon Hobbes, Objection quatrième in Descartes, Méditations métaphysiques). Raison et entendement ne sont pas alors distingués en nature.

On entend plus particulièrement par entendement la faculté ou capacité à former et comprendre des propositions. Une proposition a pour propriété essentielle d’être vraie ou fausse (cf. Robert Blanché, Le raisonnement, 1973, pp.23-24). Pour qu’il y ait proposition, il faut qu’il y ait un sujet au sens de ce dont on va affirmer quelque chose et un prédicat, c’est-à-dire ce qu’on affirme ou nie du sujet (cf. Platon, Sophiste, 262c, pour qu’il y ait logos, discours, proposition, il faut un nom et un verbe). On peut entendre alors la raison par différence avec l’entendement comme la faculté d’enchaîner des propositions selon des règles ou principes. La raison produit des raisonnements. Son opération principale en ce sens est la déduction. Car, un raisonnement repose sur la relation de principe à conséquence. Si le principe est vrai, la conséquence l’est. Mais si la conséquence est vraie, le principe ne l’est pas nécessairement. En fait, le faux implique tout. Par contre, si la conséquence est fausse, le principe est faux. Il n’y a pas alors de différence de nature entre la raison et l’entendement.

2. La raison se dit ensuite au sens fort de la faculté qui permet de découvrir et fonder le réel en sa vérité et d’exposer les propositions qui l’expriment. C’est en ce sens que Descartes la prend explicitement au début de son Discours de la méthode. Comme la raison ne peut, à l’infini, remonter de conséquences à des principes, il faut alors admettre qu’elle est capable directement de saisir les principes (« Il faut s’arrêter » dit Aristote, Métaphysique, livre a, 994b). On lui accorde alors d’être aussi une intuition (cf. Descartes, Règles pour la direction de l’esprit, règle III). On peut en ce sens fort distinguer en nature la raison de l’entendement dans la mesure où le second s’en tient aux propositions alors que la première est susceptible de fonder tout discours, toute compréhension. Elle seule paraît susceptible de connaître la vérité.

3. On parle également de la raison comme de la faculté qui permet de penser le bien et le mal ou de se comporter selon le bien, ce qu’on nomme parfois être raisonnable. La raison en ce sens se révèle capable de discerner le principe de l’action tel qu’il est universellement valable pour tous les êtres doués de raison (y compris Dieu, s’il existe). La raison s’entend comme la faculté qui découvre la fin dernière de l’existence. Si par contre on agit simplement de façon rationnelle, c’est-à-dire selon l’utile, il n’est pas question de bien et de mal. On peut parler alors de raison instrumentale (cf. Dans l’école de Francfort, Habermas [né en 1929], La technique et la science comme « idéologie », 1968).

 

Lorsqu’on parle de la raison comme faculté, on la distingue du réel qu’elle vise à connaître en vérité ou qu’elle vise à modifier pour le rendre conforme à ses exigences.

 

1. Le réel s’oppose à l’imaginaire, c’est-à-dire à ce qu’on peut arbitrairement se représenter ou à la simple représentation. Il s’oppose donc à ce qui est simplement pensé et qui peut ne pas être, voire qui peut être impossible.

2. Le réel s’oppose aussi au simple possible comme catégorie abstraite. Est possible, en ce sens ce qui n’est pas contradictoire. Un cercle est possible, un cercle carré, non. Un cercle réel est là. Il s’oppose aussi au possible entendu comme ce qui est conforme aux lois physiques. Qu’une mouche qui jongle avec des vaches est impossible. Que mon stylo puisse tomber ne signifie pas qu’il tombe. Le réel repose donc en lui-même. Aussi le réel doit-il avoir des caractères déterminés.

3. Comme le réel est indépendant du sujet, il prend le sens de l’objectif, c’est-à-dire de ce qui demeure identique à soi-même quelle que soit la façon dont on le considère ou, ce qui revient en un sens au même, ce que tout sujet doit reconnaître comme lui appartenant. La permanence apparaît comme un premier caractère du réel. À ce caractère s’associe du côté du sujet, l’universalité de la représentation du réel.

 

Outre, la distinction entre la raison et le réel, on peut aussi penser la raison comme réelle.

1. Or, justement, on parle pour le réel de la raison au sens du motif pour les actes humains ou de la cause pour les choses réelles. Autrement dit, le réel doit avoir une raison qui elle-même doit être réelle, et ainsi de suite. Le deuxième caractère qu’on attribue au réel est donc d’être conforme à la régularité causale ou à la loi de causalité. Le réel doit être conforme au principe de raison suffisante, c’est-à-dire au principe qui pose que le réel repose sur une raison qui rend compte de son essence, c’est-à-dire de ce sans quoi il n’est pas ce qu’il est, et de son existence, c’est-à-dire de sa présence ici et maintenant.

2. Mais la raison comme dimension du réel, c’est aussi ce pour quoi une chose est faite. Autrement dit, sa finalité. C’est éminemment le cas des objets techniques qui appartiennent ainsi au réel. On peut se demander si ce n’est pas le cas pour d’autres parties du réel voire pour le réel tout entier.

 

Problème.

D’un côté donc la raison désigne une faculté qui serait universelle en laquelle chacun se retrouverait. Cette faculté a la prétention de découvrir le réel, voire de déterminer ce qu’est le réel. Mieux, le réel est en son fond raison. Il exige la raison comme son fondement. Et, la raison également est réelle. Sans elle, l’homme ne sombre-t-il dans l’erreur, la faute, la folie ?

Toutefois, cette prétention de la raison à recouvrir la totalité du réel n’est-elle pas au fond arbitraire ? Ne repose-t-elle pas sur une décision a priori qui pourrait être remise en cause ?

Dès lors, comment rendre compte de son insertion dans le réel et de sa réalité ? Est-elle indépendante du réel et dès lors peut-elle le représenter ? Est-elle dépendante du réel et dès lors, comment peut-elle le représenter en entier ?

 

Publié dans Fiches

Commenter cet article

biba diagne 02/05/2016 00:24

Exelent

biba diagne 02/05/2016 00:24

Exelent