Simmel "Philosophie de l'argent" ch III Plan analytique de la section I

Publié le par Bégnana

Georg Simmel, Philosophie de l’argent, Troisième chapitre L’argent dans les séries téléologiques, sections I et II.

Plan de la section I

 

L’édition utilisée est :

Georg Simmel, Philosophie de l’argent, traduit de l’allemand par Sabine Cornille et Philippe Ivernel, P.U.F., 1ère édition 1987, P.UF. « Quadrige », octobre 2008.

 

I

« L’action finalisée, comme interaction consciente du sujet et de l’objet. » (p.7)

(« La grande opposition de toute l’histoire de l’esprit (…) à partir de ces déterminations. » pp.235-238)

1) Première différence entre l’action pulsionnelle et le vouloir finalisé.

(« La grande opposition (…) la causalité réelle. » pp.235-236)

a) La première différence entre causalité et téléologie dans l’agir humain réside en ce que la satisfaction de la première est dans le faire alors que celle de l’autre est dans le résultat.

(« La grande opposition (…) l’espoir d’une certaine jouissance, de la seconde. » pp.235-236)

b) Cette différence est capitale sous deux aspects.

(« Or, cette différence me semble capitale sous deux aspects (…) la causalité réelle. » p.236)

a) Premier aspect : il n’y a pas d’identité dans l’agir pulsionnel entre l’action et le résultat. Par contre il y a une telle identité dans l’agir finalisé.

(« Dès que nous agissons (…) abstrait ou sensible. » p.236)

b) Deuxième aspect : la force réelle demeure pulsionnelle, la téléologie est idéelle de sorte qu’il n’y a pas de conflit entre les deux points de vue sur l’action humaine.

(« Même dans ce cas (…) la causalité réelle. » p.236)

2) Deuxième différence plus importante pour la recherche entre l’action pulsionnelle et le vouloir finalisé : la première reste subjective alors que la seconde rend possible l’opposition du sujet et de l’objet pour le sujet.

(« D’une plus profonde importante différence pour notre tâche actuelle (…) partir de ces déterminations. » pp.236-238)

a) La réalisation de la pulsion reste subjective dans une essentielle coordination avec la nature. La finalité implique une interaction du sujet et de l’objet constitutive de la différenciation du moi (exemple relatif à la différence communément pensée entre le travail du primitif qui est réputé pulsionnel et le travail de l’homme civilisé qui est téléologique).

(« D’une plus profonde importance (…) centres psychiques. » pp.236-237)

b) Précision : l’action téléologique n’est pas nécessairement égoïste. La fin peut être objective.

(« Mais par là, nous n’entendons pas (…) au-delà. » pp.237-238)

c) Résumé : l’action finalisée a pour conséquence l’objectivation du but et l’action en retour sous forme de sentiment subjectif. La différence entre causalité et finalité n’est peut-être que de méthode.

(« Si donc nous cherchons la formule (…) partir de ces déterminations. » p.238)

 

« La longueur des séries téléologiques » (p.7)

(« Il en ressort premièrement que les buts soi-disants immédiats apparaissent contradictoires avec la notion même de fin. (…) objectivement lointain. » pp.238-241)

1) Caractères de toute série téléologique.

(« Il en ressort premièrement (…) culminent avec la création de l’argent. » pp.238-240)

a) La notion de but immédiat est contradictoire avec la finalité ; il y a toujours trois membres, le moyen, la fin et le résultat de l’action. C’est ce qui distingue la finalité de la pulsion qui n’a que deux membres.

(« Il en ressort premièrement (...) mécanisme deux seulement. » p.238)

b) La finalité est humaine car elle implique un univers autonome alors que l’action divine est tout ce qu’elle doit être.

(« D’autre part, la fin (…) de moyen. » pp.238-239)

c) Le moyen a le double caractère de l’obstacle à surmonter et de l’énergie qui le surmonte pour réaliser la fin, le nombre de moyen révèle notre connaissance de la nature.

(« Cette opposition met en lumière (…) culminent avec la création de l’argent. » pp.239-240)

2) Première complication sociale : la longueur de la série téléologique dépend de la connaissance de la chaîne causale et à l’inverse l’incitation à rechercher celle-ci dépend du but poursuivi.

(« D’abord, la connexion que voici (…) de celui-ci. » p.240)

3) L’évolution culturelle va ainsi de séries courtes satisfaisant facilement les besoins fondamentaux et difficilement les besoins supérieurs chez l’homme primitif à de longues séries satisfaisant facilement ceux-ci et difficilement ceux-là chez l’homme civilisé.

(« Pour saisir dans toute son importance cette intrication (…) objectivement lointain. » pp.240-241)

 

« L’outil en tant que moyen à la puissance deux, l’argent comme le plus pur exemple de l’outil. » (p.7)

(«  intervient, dans notre examen de l’action finalisée, la notion capital d’outil. (…) instrument, ou leur conséquence. » pp.241-245)

1) Autre complication sociale : l’outil est le moyen absolu.

(« Là intervient (…) directe. » pp.241-243)

a) L’outil est un moyen fabriqué qui ajoute un membre à la série téléologique. Il est un moyen et non un simple objet naturel utilisé : c’est un moyen absolu et non comme la chose naturelle un moyen relatif.

(« Là intervient (…) il est le moyen absolu. » pp.241-242)

b) L’outil n’est pas que physique, les institutions qui résultent d’interactions individuelles à commencer par l’État, institution rendant possible les autres, mais aussi le droit ou la religion, sont des outils pour l’individu qui ne pourrait, seul, les obtenir.

(« Et dans son principe (…) directe. » pp.242-243)

2) L’argent, moyen par excellence.

(« Voici enfin le point où l’argent (…) instrument ou leur conséquence. » pp.243-245)

a) L’argent est le moyen d’accorder dans l’échange la volonté de chacun pour l’objet posséder par l’autre sans attendre.

(« Je commencerai par ce qui est universellement connu. (…) à un effort directement dirigé vers eux. » p.243)

b) À la différence des autres institutions, l’argent manifeste son caractère instrumental par l’indifférence de son rapport à tous les objets qu’il permet d’obtenir.

(« Le fait que chacun travaille (…) l’échange des objets. » p.244)

c) L’argent est bien le moyen le plus pur et exprime l’essence de l’homme.

(« Dans ses formes achevées, l’argent est le moyen absolu (…) instrument, ou leur conséquence. » pp.244-245)

 

« La valorisation de l’argent due à ses possibilités illimitées d’emploi. » (p.7)

(« Parmi les déterminations qu’a jusqu’ici déployées un tel examen, il en est une (…) l’argent plutôt que l’objet. » pp.245-253)

1) Tout moyen peut donner l’idée du but, l’outil, moyen permanent par essence, permet de donner l’idée d’autres buts et l’argent, outil par excellence, encore plus.

(« Parmi les déterminations (…) du premier point de vue. » pp.245-246)

2) Valeurs spécifiques de l’argent.

(« On peut formuler cela, tout d’abord (…) l’argent plutôt que l’objet. » pp.246-253)

a) La valeur d’une somme d’argent dépasse la valeur de chaque objet échangeable avec cette somme car s’y ajoute la liberté de choix.

(« On peut formuler cela (…) dans la sphère de la marchandise ou du travail. » pp.246-247)

b) C’est ainsi que la valeur d’une somme d’argent est égale à l’objet le plus précieux qu’il permet d’acheter.

(« Ce supplément de valeur (…) à son quantum. » pp.247-248)

c) La valeur d’une somme d’argent s’accroit de ce qu’elle peut être utilisé à tout moment, c’est-à-dire immédiatement et de façon différée.

(« En outre, la possibilité de choix (…) on le dépense. » pp.248-249)

d) De l’inégalité dans la relation monétaire et dans les relations sociales en général.

(« De cette valeur spécifique de l’argent (…) raison qu’il détient l’argent, mais qu’il s’en dessaisit. » pp.249-251)

(1) La valeur spécifique de l’argent a pour conséquence que le donneur d’argent a la primauté sur le donneur de marchandise, même lorsque cette marchandise est de l’argent.

(« De cette valeur (…) lequel est la condition du pourboire. » pp.249-250)

(2) Ce fait révèle que dans une relation le partenaire qui tient moins à elle a l’avantage sur l’autre.

(« Comme tous les phénomènes d’ordre monétaire (…) raison qu’il détient l’argent, mais qu’il s’en dessaisit. »pp.250-251)

e) La valeur spécifique de l’argent qui réside dans son détachement par rapport à l’économie se manifeste dans le pouvoir du financier de toujours gagner quelle que soit la conjoncture économique (exemples : les Fugger, les Welser, les florentins et les gênois, prêteurs indifférents aux puissances en conflit).

(« Le privilège que l’argent tient (…) son tour de ses offres et demandes. » pp.251-252)

f) L’argent est analogue l’individu sans caractère.

(« L’argent a cette qualité très positive (…) valeurs monétaires par rapport aux valeurs qualitatives. » p.252

g) Si l’argent a moins de valeur que tous les objets échangeables, il a plus de valeur que chacun d’entre eux.

(« Cette prépondérance de l’argent s’exprime (…) l’argent plutôt que l’objet. » pp.252-253)

 

« Le superadditum de la richesse. » (p.7)

(« Voilà qui débouche finalement sur un autre phénomène général, qu’on pourrait appeler le super-additum de la richesse (…) de sa valeur et de son importance pour nous. » 253-255)

1) La richesse confère à son possesseur une valeur supérieure.

(« Voilà qui débouche finalement (…) parce que d’autres ne peuvent dépenser autant que lui. » pp.253-254)

2) Cette valeur confère une valeur morale au riche là où le pauvre est frappé d’indignité.

(« La fortune passe même (…) fortuné plutôt que d’un misérable maître d’école. » p.254)

3) Le superadditum de la richesse tient en résumé à la capacité que donne l’argent.

(« Ces bénéfices usuraires de la richesse (…) de sa valeur et de son importance pour nous. » pp.254-255)

 

« Différences propres à un même quantum d’argent, selon qu’il fait partie d’une grande ou d’une petite fortune ; la limitation des prix par la consommation. » (pp.7-8)

(« Il est dans la nature de ce superadditum (…) en tant que valeur de toutes les possibilités. » pp.255-259)

1) Premier superadditum : le riche est avantagé économiquement, politiquement voire religieusement.

(« Il est dans la nature de ce superadditum (…) gratuitement. » pp.255-257)

a) Marginalisme social : les marchandises massives quantitativement ont un prix qui ne peut excéder ce que les couches les plus pauvres peuvent payer.

(« Il est dans la nature (…) de la formation des prix. » pp.255-256)

b) Le riche est avantagé par rapport au pauvre par la loi du marginalisme social car cela augmente l’excédent dont il dispose.

(« C’est là un énorme avantage (…) « les moyens » ». pp.256-257)

c) Avantages politiques de la richesse dans les pays où les fonctionnaires sont peu rémunérés.

(« La liberté (…) autres que morales, par la voie technique en quelque sorte. » p.257)

d) Avantage religieux de la richesse au Moyen Âge.

(« Veut-on bien remonter (…) gratuitement. » p.257)

2) Deuxième superadditum : le pouvoir de mépriser l’argent.

(« Sous un aspect strictement psychologique (…) présente du sacrifice monétaire. » pp.257-258)

3) Importance de l’argent dans l’histoire de l’esprit pratique : il est la manifestation de l’universalité abstraite.

(« Par la suite, nous verrons que le blasement (…) valeur de toutes les possibilités. » pp.258-259)

 

« L’argent devenant par son caractère de pur moyen le domaine des personnalités qui ne sont pas liées au milieu social » (p.8)

(« Dans la zone d’influence d’un tel rapport (…) et qui ne se trouve engagée ni pour nous ni contre nous. » pp.259-268)

1) L’argent et les métiers qui l’ont pour objet est le domaine des groupes sociaux inférieurs ou des groupes sociaux dépouillés volontairement ou non de leur rôle.

(« Dans la zone d’influence (…) terminus ad quem vers quoi tout mène. » pp.259-261)

a) Les déclassés (les affranchis romains, l’ancien esclave banquier Pasion à Athènes, les Arméniens en Turquie, les Mauresques [ou Morisques] en Espagne, Les Parsis et les Tschettis en Inde, les huguenots, les quakers en Angleterre.

(« De par son rôle de moyen (…) droits. » pp.259-260)

b) Les dépouillés volontaires (les quakers, les Herrenhuter et les piétistes).

(« Le même résultat se produit (…) prendre la terrestre bassesse. » pp.260-261)

c) Une classe dominante dépouillée qui se réfugie dans l’âpreté aux gains : la noblesse française de l’Ancien régime.

(« Même aux deux extrémités (…) dont elle fut désormais évincée. » p.261)

d) L’argent a le pouvoir d’offrir aux exclus tout ce dont ils sont en un sens privés.

(« Mais cette inaliénable possibilité (…) terminus ad quem vers quoi tout mène. » p.261)

2) L’argent est l’objet des individus dans les communautés qui ont une certaine identité et leur donne une puissance certaine (la cupidité des Spartiates ; Égine et l’origine de la monnaie en Grèce ; le pouvoir financier des Juifs selon Macaulay, 1800-1859).

(« Aussi voit-on apparaître (…) l’ombre simplement ! » pp.261-262)

3) Le cas exemplaire des Juifs.

(« Nul besoin de souligner que les juifs présentent le plus bel exemple (…) prêts financiers, d’une prime de risque supérieure. » pp.262-265)

a) L’argent est ce qu’il y a de plus facile à voler : les Juifs constituaient un groupe à piller, même lorsqu’ils étaient pauvres.

(« C’est parce que la richesse des juifs (…) puissance acquise par l’argent sur la base de ces mêmes traits. » pp.262-263)

b) L’argent est le domaine des étrangers de façon générale : raison pour laquelle les juifs furent un peuple de marchands.

(« La relation des juifs au système de la monnaie (…) prêts financiers, d’une prime de risque supérieure. »

(1) Les étrangers et le commerce (les indigènes des îles Salomon, Ilo sur le fleuve Niger en Afrique, les étrangers et la prostitution dans la Babylone antique ; le commerçant selon Les Lois de Platon).

(« Le rôle joué par les étrangers (…) réservées en principe aux étrangers. » pp.263-264)

(2) les juifs comme marchands et surtout marchands d’argent.

(« Ainsi le fait que les juifs (…) prêts financiers, d’une prime de risque supérieure. » pp.264-265)

4) Les Juifs ne sont pas exceptionnels : le commerce et l’argent trouvent chez les étrangers leur terrain d’élection.

(« – De telles connexions, cela dit, ne valent pas seulement pour les juifs (…) et qui ne se trouve engagée ni pour nous ni contre nous. » pp.265-268)

a) Les bourses du xvi° siècle (Lyon, Anvers) et le grand capital moderne sont le fait des étrangers ou des exclus du champ politique.

(« Les bourses mondiales du xvie siècle (…) plus impérieusement à la conscience. » pp.265-266)

b) La haine du financier est la haine de l’étranger en tant qu’il est indifférent aux valeurs de la communauté (analogie avec le rejet de l’intellectualisme de Socrate et des sophistes) ou la haine de l’ennemi. L’argent et la guerre.

(« La haine du peuple envers les grandes maisons financières (…) besoins financiers de leurs gouvernements respectifs. » pp.266-267)

c) À l’époque moderne, l’argent révèle que le partenaire est un étranger par essence.

(« Et si, à l’époque la plus moderne (…) et qui ne se trouve engagée ni pour nous ni contre nous. » pp.267-268)

 

Publié dans Oeuvres

Commenter cet article