Sujet et corrigé d'une dissertation : Puis-je invoquer l'inconscient sans ruiner la morale ?

Publié le par Bégnana

Pour certains comportement humains, ceux qui semblent échapper au sujet et qui exigent une explication, il arrive qu’on invoque l’inconscient. N’est-ce pas ruiner la morale ?

En effet, la morale suppose que le sujet ait conscience de ses actes, qu’il en dispose, qu’il se détermine en connaissance de cause et qu’il le fasse librement. Invoquer l’inconscient, telle une puissance tutélaire, c’est donc en apparence ruiner la morale.

Pourtant, invoquer l’inconscient, un peu comme invoquer le diable dans la pensée religieuse, c’est reconnaître que le sujet ne se maîtrise pas entièrement, qu’il est sollicité, pour ne pas dire tenter. C’est donc lui donner les moyens d’arriver à la maîtrise de soi grâce à l’aide d’un autre. C’est lui éviter de présumer de sa faiblesse. Ce ne serait donc pas ruiner la morale.

On peut donc se demander s’il est possible et à quelle conditions d’invoquer l’inconscient sans ruiner la morale.

 

Il n’y a de morale qui si le sujet est libre. Car, c’est parce qu’on estime que le sujet est capable de commencer l’action, autrement dit d’être l’auteur de ses actes, qu’on peut lui attribuer un qualificatif moral. Invoquer l’inconscient, c’est annuler cette liberté. Car, c’est assigner des causes à son action. En effet, le sujet serait agi par quelque chose. Autrement dit, invoquer l’inconscient, c’est récuser qu’il y ait un sujet. Car la liberté au sens du libre arbitre présuppose que la volonté soit un pouvoir d’affirmer ou de nier sans être déterminé par quelque cause que ce soit comme Descartes la définit dans la Lettre au père Mesland du 9 février 1645 (ou dans la quatrième de ses Méditations métaphysiques).

C’est ainsi que lorsque Freud expose ses cas, il montre que ce qui fait penser ou agir le sujet est autre que ce qu’il croit. Le président d’une assemblée se trompe-t-il en disant que la séance est close alors qu’il voulait dire que la séance est ouverte, c’est qu’il y avait en lui un désir d’en finir qui a produit son propos à l’encontre de sa volonté. Selon un mot célèbre de l’Introduction à la psychanalyse, « le moi n’est pas seulement maître dans sa propre maison ».

En outre, le sujet se ferait des illusions sur ce qu’il croit faire. Les motifs de ses actions seraient en réalité différents de ses actions réelles. Il pourrait croire avoir agir pour le bien alors qu’il aurait agi de façon intéressée. C’est d’ailleurs une des raisons de l’opposition à la psychanalyse de Freud. Ainsi, Alain dans les Éléments de philosophie, considère que la notion même d’inconscient est une faute, puisqu’elle déresponsabilise l’individu. C’est un acte moral selon lui que d’affirmer qu’il n’y a que le sujet qui pense, donc qui est l’auteur de ses actes.

Cependant, il faut bien accepter qu’il y ait en l’homme de l’obscurité. On dit bien de certains hommes qu’ils sont inconscients des motifs de leurs actions lorsqu’ils sont sous l’emprise de l’alcool. On peut donc leur reprocher l’état dans lequel ils sont. Or, n’est-ce pas que l’inconscient remet en cause moins la liberté que la conscience qui permet de savoir ce qu’on fait et donc ruine par là même l’intention ?

 

Invoquer l’inconscient, c’est ruiner la morale, puisque c’est enlever à l’individu le fait d’agir en connaissance de cause, de penser et donc de savoir ce qu’il en est de ses actes. En effet, la morale suppose que l’individu sache ce qu’il fait. C’est à cette condition qu’on peut le juger coupable, innocent ou méritant. Si j’aide quelqu’un en l’absence de tout intérêt, je fais ce que je dois faire puisque je considère l’autre comme une fin et non simplement comme un moyen selon la formulation du devoir moral de Kant dans les Fondements de la métaphysique des mœurs (1785). Pour cela, il faut que je sois conscient de ce que je fais. Sinon, cette aide que j’apporte, n’est-elle pas intéressée ? Ainsi les moralistes français du xvii° siècle comme La Rochefoucauld (1613-1680) dans ses Maximes (1664) dénonçaient-ils l’apparence de vertu masquant l’amour-propre comme mobile réel des actes de l’homme.

Or, si j’invoque l’inconscient, j’invoque quelque chose qui fait agir l’individu qu’il ignore : c’est donc aussi l’innocenter. En effet, si je prétends qu’il y a en l’autre ou en moi un inconscient, dès lors, j’ignore pourquoi j’agis. J’ignore même agir. Lorsque donc je commets quelque chose de mal, il n’est pas légitime de me punir ou de me le reprocher puisque j’ignorais ce que je faisais.

Il en va différemment de l’inconscience volontaire qu’on réprimande. En effet, elle consiste en ce que le sujet se met volontairement en état de ne pas être conscient. Soit il le fait par des moyens physiques, comme l’ivresse, soit il le fait en refusant de s’informer sur ce qu’il doit faire. Dès lors, loin ruiner la morale, l’inconscience est une notion essentiellement morale : elle désigne le refus d’agir moralement, le refus de la réflexion comme Alain le soutient dans ses Définitions. L’inconscience s’oppose à l’inconscient qui est l’idée d’une source des pensées et actions du sujet qui échappe radicalement à sa conscience et l’amène à se méconnaître.

Néanmoins, il n’est pas possible d’invoquer l’inconscience pour rendre compte de l’impossibilité où est le sujet de comprendre certains de ses actes et de ses pensées. Dès lors, il semble nécessaire d’admettre l’hypothèse de l’inconscient pour arriver à cette compréhension. N’est-elle pas la condition pour que la morale soit effectivement possible ?

 

Si j’invoque l’inconscient, je ne ruine pas la morale car je me donne les moyens de comprendre ce qui empêche le sujet que je suis d’agir par lui-même. En effet, la morale exige que l’on doive agir, mais aussi qu’on puisse le faire. On ne reprochera pas à un prisonnier attaché de ne pas avoir fait quelque chose. Or, l’hypothèse de l’inconscient, c’est l’hypothèse que quelque chose se dérobe à ma conscience et qui me fait penser et agir d’une façon que je ne peux contrôler. Mais n’est-ce pas alors rendre impossible le devoir ?

Nullement, car le fait que nos pensées nous échappent montre simplement qu’il est présomptueux de croire que l’on a agi par devoir. Je dois respecter l’autre. Je dois le respecter en faisant abstraction de tout intérêt. Toutefois, j’ai peut-être eu un intérêt inconscient à le faire. Ce que je peux en conclure c’est que je ne peux jamais savoir si mon attitude est entièrement morale. Cela doit m’entraîner à me méfier de toute bonne conscience ou de toute conscience tranquille et m’inviter à toujours mieux scruter les motifs de mes actions. De ce point de vue on peut admettre l’idée de pensées non conscientes comme Kant et défendre la possibilité de la morale. Mais n’est-on pas condamner avec l’idée d’inconscient à innocenter le sujet ?

Lorsqu’il y a maladie mentale où l’individu est totalement aliéné, il est innocenté moralement et juridiquement. Il doit être respecté comme sujet. Sinon le sujet est susceptible d’être conscient qu’il y a en lui quelque chose qui ne va pas. Tel est le cas des patients de Freud qui vont le voir justement parce qu’ils sont conscients que quelque chose leur échappe. Ainsi dans la psychanalyse freudienne selon la formule de Freud dans La technique psychanalytique, il s’agit de traduire l’inconscient en conscient pour permettre à l’individu de retrouver un comportement normal. S’il le refuse, il est coupable. Il y a donc une dimension morale dans la thérapie. Invoquer l’inconscient, c’est donc tout au contraire, permettre au sujet de retrouver les conditions qui vont lui permettre d’agir moralement. C’est lui permettre d’accéder à ce qui le trouble ou au moins de donner un sens à ce qui le trouble pour qu’il puisse en tenir compte dans sa vie, notamment morale. Si j’invoque l’inconscient en ce sens, je rends possible la morale dans sa réalisation.

 

En un mot, le problème était de savoir si invoquer l’inconscient telle une puissance surnaturelle ne conduit pas à ruiner la morale. Car, elle repose sur l’idée de sujet, c’est-à-dire d’un être libre et conscient. L’inconscient ne peut remettre en cause la liberté du sujet, ni sa capacité à être conscient qu’en apparence. En situant dans l’inconscient certaines de ses actions, le sujet nie une fausse maîtrise et une conscience présomptueuse pour justement mieux se connaître et mieux agir.

 

 

Publié dans Sujets L ES S

Commenter cet article

omnitech support reviews 04/09/2014 14:30

This is what the article talks of about the human behavior that is unpredictable. Most of the times the behavior of a man is like this that he does something in his unconscious mind and never knows what he does.