Sujet et corrigé (terminales technologiques) : Les échanges unissent-ils les hommes ?

Publié le par Bégnana

Il est clair que lorsqu’on échange quelque chose avec quelqu’un d’autre, cet échange nous lie. Toutefois, j’ai intérêt à obtenir le plus possible et à donner le moins possible. Dès lors mon intérêt n’est pas celui de l’autre de sorte que l’échange semble plutôt opposer les partenaires. On peut donc se demander si les échanges unissent les hommes et si oui comment.

       

Les échanges commerciaux unissent les États. Car si un État est un groupement d’hommes indépendants de tous les autres, on constate que les États ont tendance à se faire la guerre. Or, le commerce international permet à chaque État de satisfaire ses besoins en étant dépendants des autres. Montesquieu dans De l’esprit des lois, soutient à juste titre que le commerce permet la paix et donc l’union entre les États. N’en va-t-il pas de même pour les individus à l’intérieur d’une même société ?

En réalité, lorsqu’il y a échange commercial, chacun réalise son intérêt et ne se soucie pas de l’intérêt de l’autre. On fait appel comme Adam Smith (1723-1790) l’a soutenu dans ses Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations (1776) à l’égoïsme de l’autre. Certes, à la différence du brigandage, on ne se fait pas du mal. Mais la loi de l’offre et de la demande permet à celui qui est dans une position dominante d’écraser les autres.

Toutefois, l’échange commercial n’est pas le seul échange car il est possible de donner et de recevoir non pas pour soi mais pour la relation avec l’autre. N’est-ce donc pas ce type d’échanges qui fait l’union entre les hommes ?

 

Lorsqu’on échange, le but n’est pas nécessairement le bien qu’on reçoit. Lorsque comme Claude Lévi-Strauss en propose l’exemple, dans ces restaurants qu’on nomme les routiers, chacun sert à son tour de l’eau aux autres qu’il ne connaît pas, chacun reçoit la même chose. Le but est clairement le lien social.

C’est ce qui se passe dans les échanges de cadeaux. Ce type d’échange se retrouve dans certaines sociétés primitives où le commerce est inconnu. Ainsi chez les Guayakis décrit par l’anthropologue Pierre Clastres (1934-1977) dans La société contre l’État (1974), les femmes doivent donner aux hommes le produit de la cueillette et les hommes doivent donner aux autres le produit de leur chasse. Le don obligatoire réalise l’échange. Cet échange social a pour but l’union avec les autres. Non seulement, il renforce l’union, mais il la crée lorsqu’elle n’a pas eu lieu. Dans le film Danse avec les loups, on voit ainsi un américain et des Sioux établir une relation par des dons réciproques.

Toutefois, l’échange social qui unit les membres de la société ne permet pas l’union entre les hommes. Obligatoire, il prescrit à qui on doit échanger mais n’interdit pas les conflits avec les autres hommes. Un échange libre permettrait-il d’unir tous les hommes ? Libre et gratuit, est-il un échange ?

 

Un don gratuit n’est pas un échange puisque pour qu’il y ait échange, il faut aussi recevoir. Toutefois, lorsqu’on donne à quelqu’un, on s’attend à recevoir une marque de reconnaissance. Sans elle, le don serait comme un acte naturel. Bref, la marque de reconnaissance permet au donateur de savoir que le donataire a bien compris qu’il s’agissait d’un don. C’est pourquoi le remboursement d’un don ne peut en aucun cas l’effacer : il le nie. Le don entraîne donc un échange moral qui implique que l’autre soit reconnu comme un homme. C’est pourquoi il crée une union entre les hommes.

En effet, l’échange commercial non seulement n’unit pas les hommes en tant qu’hommes mais il est possible entre des entités comme des entreprises. Mais une entreprise ne peut reconnaître une autre entreprise : ce ne sont pas des personnes au sens propre même si elles ont une personnalité juridique. Quant à l’échange social, il unit les membres d’un groupe social et non des hommes. Ainsi l’éducation que les parents donnent aux enfants, si elle ne vise pas à investir dans un capital comme la mère de la Fortune des Rougon de Zola qui fait faire des études à ses enfants comme pour faire fructifier un capital, et si elle n’est pas le simple effet des obligations sociales, est bien un échange moral en tant que les enfants rendent de la reconnaissance à leurs parents et unissent alors des hommes.

 

Bref, le problème était de savoir si les échanges unissent les hommes et finalement comment. Il est apparu que si la paix était la condition des échanges commerciaux, chaque partie y poursuit un but égoïste qui la sépare des autres. Si les échanges sociaux qui consistent en dons et en contre dons obligatoires unissent les membres d’une société, ils n’unissent pas les hommes. Aussi seuls les échanges qui ont à leur source le don libre et gratuit et qui amène à la reconnaissance unissent véritablement les hommes en tant qu’hommes.

Commenter cet article