Sujet et corrigé (terminales technologiques) : Montesquieu le doux commerce

Publié le par Bégnana

L’effet naturel du commerce est de porter à la paix. Deux nations qui négocient ensemble se rendent réciproquement dépendantes : si l’une a intérêt d’acheter, l’autre a intérêt de vendre ; et toutes les unions sont fondées sur les besoins mutuels.

Mais, si l’esprit de commerce unit les nations, il n’unit pas de même les particuliers. Nous voyons que dans les pays où l’on n’est affecté que de l’esprit de commerce, on trafique (1) de toutes les actions humaines, et de toutes les vertus morales : les plus petites choses, celles que l’humanité demande, s’y font ou s’y donnent pour de l’argent.

L’esprit de commerce produit dans les hommes un certain sentiment de justice exacte, opposé d’un côté au brigandage, et de l’autre à ces vertus morales qui font qu’on ne discute pas toujours ses intérêts avec rigidité, et qu’on peut les négliger pour ceux des autres.

Montesquieu, De l’esprit des lois (1748), livre XX, chapitre 2.

 

(1) trafique : échange, fait le commerce. Le terme ne désigne pas ici un échange illicite.

 

Questions :

1. Dégagez l’idée directrice du texte et la structure de l’argumentation.

2. Expliquez : « on trafique de toutes les actions humaines, et de toutes les vertus morales ».

3. Tout peut-il s’acheter ?

 

Corrigé

 

1. Montesquieu veut montrer dans cet extrait que le commerce, source de paix, unit les nations mais n’unit que par l’intérêt égoïste les individus.

Dans un premier temps, Montesquieu montre pourquoi le commerce international procure la paix. En effet, à partir du moment où deux nations font du commerce, elles négocient, c’est-à-dire discutent les prix. Dès lors, elles sont amenées à dépendre l’une de l’autre puisque l’une achète ce que l’autre vend et réciproquement. Aussi Montesquieu précise-t-il que cette hypothèse est celle où chacune a un intérêt, soit de vendre soit d’acheter. Il fait alors reposer l’argumentation sur le principe selon lequel il y a union entre des parties si elles ont des besoins liés. Séparées par définition, les nations s’unissent par le commerce, c’est-à-dire l’échange intéressé des biens et des services.

Dans un second temps, Montesquieu oppose le mode d’union que réalise le commerce international avec celui que réalise le commerce intérieur. Pour le préciser, il s’appuie d’abord sur l’observation des pays où le commerce est l’activité dominante. Dans ces pays, tout est échangé contre de l’argent, même les vertus morales qui devraient être désintéressées, y compris les choses élémentaires qui se donnent et ne s’échangent pas.

Enfin, pour déterminer ce mode d’union que réalise « l’esprit de commerce », Montesquieu le définit comme « un certain sentiment de justice exacte ». Pour préciser ce qu’il entend par là, il l’oppose d’une part au brigandage qui consiste à prendre sans contrepartie et qui implique donc le conflit et la violence et d’autre part à certaines vertus morales. Il s’agit de celles qui impliquent qu’on ne discute pas ses intérêts, voire qu’on les mette de côté des intérêts d’autrui. On comprend donc que l’union que réalise le commerce est celle des égoïsmes et qu’elle a moins de valeur que l’union morale qui dépasse l’égoïsme : elle unit vraiment les particuliers et ne les sépare pas comme le commerce.

 

2. Lorsque l’auteur écrit : « on trafique de toutes les actions humaines, et de toutes les vertus morales », il parle de ce qui se fait dans les pays où le commerce est le principe de toutes les actions. Or, il y a des actions humaines qui ne sont normalement pas de l’ordre de l’échange marchand qui consiste à donner pour recevoir. C’est ce que précise Montesquieu en ajoutant qu’on fait aussi le commerce des vertus morales. Car par définition, une vertu est morale si et seulement si elle est désintéressée. Payez pour être aider, pour être aimer, pour la générosité, c’est finalement nier ces valeurs ou tout au moins les transformer.

 

3. On pourrait penser que seuls les biens et certains services se payent. En effet, payer, c’est donner de l’argent ou le bien correspondant pour un bien dont on a besoin et qui en est l’équivalent. Dès lors, toutes les valeurs morales excluent qu’on puisse les acheter puisque c’est les dénaturer. Pourtant, Montesquieu admet que c’est ce qui se passe dans les pays où le commerce est le principe. Dès lors, on peut se demander s’il veut montrer que tout peut s’acheter ou que la volonté de tout acheter échoue.

Au sens matériel, on pourrait dire que tout peut s’acheter, la preuve en est que dans certains pays selon Montesquieu (il peut penser à l’Angleterre ou au Pays-Bas), les hommes achètent les vertus morales ou vendent des petites choses qui se donnent dans d’autres pays. Dès lors, le commerce porte sur tout. Toutefois, acheter ce qui se donne ou ce qui ne s’échange pas pour autre chose, n’est-ce pas le transformer ?

En effet, un ami qui s’achète n’est pas un ami. Que dire d’un amour ! Dès lors, toutes les relations humaines qui exigent un certain désintéressement ou tout au moins que son propre intérêt ne soit pas dominant ne peuvent s’acheter réellement. Les acheter, c’est les dénaturer, c’est les détruire. C’est pourquoi Montesquieu insiste sur l’opposition entre le sentiment de justice exacte de l’esprit de commerce et les vertus morales. Néanmoins, donner implique un retour. Peut-on tout acheter sans nier les vertus morales ?

En effet, Montesquieu oppose le sentiment de justice exacte aux vertus où on ne calcule pas exactement ses intérêts. Bref, on échange mais de façon large, sans calculer. De même la vertu morale implique l’échange mais non l’échange intéressé. Si chacun agit pour l’intérêt des autres, il y a bien finalement un échange, mais non un strict calcul d’intérêt. Or, c’est ce dernier qui fait l’achat de sorte qu’on ne peut véritablement tout acheter.

Montesquieu a donc voulu montrer que le commerce assure la paix mais que s’il est une bonne chose sur le plan international, par contre, dans les pays où on admet que tout peut s’acheter, on est finalement conduit à perdre une dimension essentielle de l’existence humaine : la dimension morale.

 

Commenter cet article