Sujet (terminales technologiques) : texte de Cicéron sur la loi juste fondée sur la raison

Publié le par Bégnana

Ce qui est complètement insensé, c’est de considérer comme étant « juste » tout ce qui figure dans les institutions et les lois des peuples, ou même, les lois (en admettant qu’il en soit !) portées par des tyrans. Si les Trente d’Athènes* avaient eu la volonté d’imposer des lois ou si leurs lois tyranniques avaient plu au peuple athénien tout entier, serait-ce une raison pour les considérer comme « justes » ? À aucun titre, je crois, - pas plus que cette loi qui porta chez nous un interroi** donnant à un dictateur le pouvoir de tuer nominativement et sans procès celui des citoyens qu’il voudrait. Il n’y a en effet qu’un droit unique, qui astreint la société humaine et que fonde une Loi unique : Loi, qui est la juste raison dans ce qu’elle commande et dans ce qu’elle défend. Qui ignore cette loi est injuste, qu’elle soit écrite quelque part ou non.

Mais si la justice n’est que la soumission à des lois écrites et aux institutions des peuples, et si […] tout se doit mesurer à l’intérêt, celui qui pensera avoir intérêt à mépriser et violer ces lois le fera, s’il le peut. Il en résulte qu’il n’y a absolument plus de justice, si celle-ci n’est pas fondée sur la nature, et si la justice établie en vue de l’intérêt est déracinée par un autre intérêt.

Cicéron

 

* les Trente d’Athènes : les « Trente Tyrans », gouvernement imposé par Sparte à la suite de sa victoire sur Athènes (404 avant J.-c.).

** interroi : chef exerçant le pouvoir entre deux règnes. Allusion à un épisode de l’histoire romaine.

 

Pour expliquer ce texte, vous répondrez aux questions suivantes, qui sont destinées principalement à guider votre rédaction. Elles ne sont pas indépendantes les unes des autres et demandent que le texte soit d’abord étudié dans son ensemble.

 

1. Formulez la thèse de ce texte et montrez comment elle est établie.

2. a) En vous appuyant sur les exemples du texte, montrez pourquoi il serait insensé « de considérer comme étant « juste » tout ce qui figure dans les institutions et les lois des peuples ».

b) Expliquez : « une Loi unique : Loi, qui est la juste raison dans ce qu’elle commande et dans ce qu’elle défend ».

c) Expliquez : « si […] tout se doit mesurer à l’intérêt, […] il n’y a absolument plus de justice ».

3. La justice est-elle fondée sur la raison ?

 

Corrigé

 

1. Cicéron veut montrer que la justice n’est pas relative aux lois ou décisions des gouvernements de chaque pays mais qu’elle est universelle.

Pour l’établir, Cicéron commence par exposer la thèse contraire à la sienne et à laquelle il s’oppose, à savoir que chaque peuple a sa propre justice et ses propres lois qui la définissent. Il donne deux exemples de tyrannie, à Athènes et dans l’histoire romaine qui conduirait à considérer comme justes les meurtres. C’est ce qui montre que la thèse qu’il combat est déraisonnable.

Il en déduit sa propre thèse, à savoir qu’il n’y a qu’une loi qui définit la justice, à savoir celle qui se fonde sur la raison. Il précise qu’il n’est pas nécessaire qu’elle soit écrite, autrement dit instituée, pour qu’on puisse s’en servir pour juger les hommes, voire les gouvernants. Il en déduit que qui va à l’encontre de cette loi est injuste.

Il oppose alors une variante à la thèse contraire à la sienne, à savoir que la justice consiste dans les lois du pays et dans l’intérêt de l’individu. Dès lors, il suffira de penser que les lois sont contraires à cet intérêt pour les transgresser justement. L’opposition des intérêts fait alors disparaître toute justice stable. La véritable justice doit être fondée sur la nature.

 

2. a) Cicéron utilise deux exemples, pour montrer qu’on ne peut tenir pour justes les institutions et les lois de chaque peuple parce qu’ils montrent que les gouvernants ou les lois peuvent être injustes. Le premier exemple est celui de la tyrannie des Trente à Athènes à la fin du v° siècle av. J.-C. L’auteur précise que dans l’hypothèse même où le peuple aurait accepté les décisions des tyrans, qu’on ne peut pas vraiment appeler des lois tant elles sont arbitraires semble-t-il sous entendre, on ne les considérerait pas quand même comme justes. Le second exemple propre à l’histoire romaine [Cicéron était un sénateur de la république romaine] est celui de l’interroi qui a fait une loi permettant à un dictateur de tuer n’importe quel citoyen sans procès. Il apparaît manifestement injuste de punir quelqu’un d’innocent ou tout au moins qui n’a pas été reconnu coupable du moindre crime.

b) Lorsqu’il parle d’une Loi unique, Cicéron parle de la loi qui fait la justice universelle dont il soutient l’idée. Il précise que cette loi unique est équivalente à la juste raison qui prescrit ou interdit. La juste raison est la raison qui se prononce sur ce qu’il faut faire ou non en ne suivant pas l’arbitraire ou le bon plaisir de l’un ou de l’autre. Elle est donc par définition impartiale. En outre, la raison étant universelle, elle peut donc servir à définir une justice universelle qui permet de déterminer si les lois instituées sont justes ou non.

c) Cicéron, pour marquer la différence entre sa thèse de la loi constitutive de la justice lorsqu’elle met en œuvre la raison émet l’hypothèse contraire que la justice reposerait sur l’intérêt. Or, comme les intérêts s’opposent, il n’y aurait pas de justice puisque le même acte serait juste et injuste, ce qui est absurde.

 

3. Dans ce texte, Cicéron parle une fois de la juste raison et une autre fois d’une justice fondée sur la nature. On peut dès lors se demander s’il s’agit de deux fondations différentes de la justice et si oui laquelle a sa préférence ou bien s’il s’agit de la même et ce que signifierait que la justice soit fondée sur la raison.

 

Si la justice est unique, si elle n’est pas dans les institutions et les lois de chaque pays, il faut qu’on la retrouve dans ce qui est identique dans tous les pays. Or, la raison peut jouer ce rôle. Elle est en effet la faculté qui nous permet de discerner ce qui est vrai ou faux. Elle peut donc permettre aux hommes de partager les droits, les biens ou les honneurs, domaine de la justice. On comprend alors qu’il ne soit pas nécessaire que la loi de la justice soit écrite puisque chaque homme, en tant qu’il est doué de raison, la trouvera.

Mais on peut aussi dire que la justice se fonde sur la nature par opposition aux différentes cultures humaines dont les mœurs sont différentes et qui ont des lois différentes. En effet, la nature est la même pour tous les hommes, bref, elle est universelle.

Or, comme la raison est la même en tout homme, on peut la considérer comme étant sa nature. Et la raison est susceptible de connaître la nature puisqu’elles sont toutes les deux universelles.

 

En un mot, pour Cicéron la justice est fondée sur la raison car seule la raison peut figurer ce qu’il y a d’universel et donc de fonder sur la nature.

 

Commenter cet article