Sujet et corrigé d'une dissertation : Désirer, est-ce la même chose que vouloir ?

Publié le par Bégnana

On utilise bien souvent les verbes désirer et vouloir comme s’il s’agissait de la même chose. On dira aussi bien « je veux boire » que « je désire boire ». Tout se passe comme s’il s’agissait toujours d’un but que l’on se propose de réaliser pour soi.

Pourtant, on oppose aussi désirer et vouloir. On reproche par exemple à quelqu’un de manquer de volonté parce qu’il cède à ses désirs. Vouloir apparaît alors comme la recherche d’objectifs qui ont une valeur alors que désirer est rabaissé à une fonction quasi animale.

Dès lors, on peut se demander si désirer c’est la même chose que vouloir ou bien si on est fondé à les distinguer, voire à les opposer.

 

Si on s’en tient aux objectifs, force est d’identifier désirer et vouloir ou plutôt il n’y a pas de buts dont on ne puisse dire en un sens qu’il ne satisfait pas le désir ou qu’il ne puisse être l’objet d’un désir. L’amant ne dit-il pas à sa maîtresse aussi bien « je te désire » que « je te veux » ? On dit indifféremment faire ce qui nous plaît ou faire ce qu’on veut. C’est pourquoi il n’y a que dans la façon de tendre vers le but qui peut amener à distinguer, voire opposer désirer et vouloir.

C’est que le désir non seulement s’impose à l’individu mais n’implique pas de réflexion. L’amour par exemple n’est pas choisi, ce qu’exprime l’expression « tomber amoureux » ou l’idée de « coup de foudre » qui indique la soudaineté du désir. Par contre, on dit de quelqu’un qu’il a agi volontairement si et seulement si il était conscient du but qu’il poursuivait. C’est en ce sens que le désir est susceptible d’être inconscient, voire de manifester l’inconscience du sujet. C’est ce que veut dire céder à ses désirs. Si je me propose de travailler et que je me laisse distraire par une activité, ma volonté aura été surmontée par mon désir.

Enfin, vouloir se distingue également de désirer en ce sens que le but est clair dans le vouloir et ne l’est pas toujours dans le désirer. Vouloir, c’est se représenter la fin et les moyens que l’on met en œuvre pour l’atteindre. Je veux travailler car je sais que c’est ainsi que je pourrais m’insérer dans la société. Par contre je désire du caviar sans trop savoir quel but je poursuis. Le désir est ainsi facilement influencé par la mode. Vouloir, c’est agir en connaissance de cause ce qui n’est pas le cas de désirer.

Toutefois, une telle distinction n’est pas essentielle puisque vouloir peut apparaître alors comme une simple modalité du désir. Dès lors, ne faut-il pas distinguer voire opposer vouloir et désirer comme choisir et subir ?

 

En effet, pour véritablement distinguer désirer de vouloir, il faut prendre en compte que lorsqu’on dit d’un acte qu’il est volontaire, on veut dire que le sujet est responsable de ce qu’il fait. Cela suppose donc qu’il pouvait agir autrement au moment même où il a agi. Autrement dit, le libre arbitre définit la volonté comme Descartes le soutient dans la quatrième de ses Méditations métaphysiques.

Il précise même dans sa Lettre au père Mesland du 9 février 1645 que si nous ne pouvons moralement parlant choisir en connaissance de cause le mal ou le faux, absolument parlant notre libre arbitre nous permet de choisir le mal ou le faux si nous voulons par là montrer sa liberté.

À l’inverse, désirer ne dépend pas de nous. Non pas que nous n’ayons aucun pouvoir sur nos désirs, mais en ce sens que nous constatons que nous désirons sans le décider à proprement parler. C’est pourquoi le désir implique comme Platon déjà l’avait fait remarqué dans le Banquet que nous manquions de quelque chose que nous avons antérieurement connu. C’est l’intégrité du corps pour un désir simple comme la faim. C’est peut-être une aspiration à l’absolu pour tous les désirs qui enveloppent l’infini comme Augustin le soutenait dans ses Confessions ou simplement ce que la vie sociale et donc notre culture a implanté en nous. Toujours est-il que si nous pouvons vouloir nos désirs ou à l’inverse pouvons les refuser, c’est bien parce que vouloir dépend de nous alors que désirer n’en dépend pas.

Toutefois, il n’est pas du tout évident de distinguer ainsi entre désirer et vouloir puisque seul le témoignage de la conscience du sujet est susceptible de s’assurer d’un choix qui ne serait pas déterminé. En outre, comment ne pas voir le cercle vicieux qu’il y a à poser que si un objet est désiré, c’est parce que nous l’avons possédé antérieurement. N’est-ce pas plutôt le désir qui fait que l’objet est désiré et non l’objet qui suscite le désir ?

 

En effet, la notion de libre arbitre repose sur l’idée que nous agissons sans être déterminé par quelque cause que ce soit. Or, on postule ainsi que si nous étions déterminés, nous le saurions. Telle était la critique que Nietzsche faisait de cette notion dans Le Voyageur et son ombre. Il dénonçait à juste titre l’orgueil humain. On peut ajouter que l’idée que le vouloir soit un principe repose sur l’idée que la conscience est absolument transparente à elle-même. Or, chacun voit dans les autres des motifs d’agir qui ne sont pas conscients. Enfin, s’il est vrai que nous choisissons entre plusieurs mobiles, le choix que nous n’avons pas fait n’existe pas, ni pendant que nous ne le faisons pas, ni avant. Ce n’est qu’après coup qu’on se représente ce qu’on aurait pu faire. À l’analyse, l’idée d’un pur vouloir apparaît pour le moins obscur.

Dès lors, il apparaît nécessaire de ne pas distinguer désirer de vouloir. Ce qui implique d’une part de penser le désir à l’instar de Spinoza dans la proposition 9 de la troisième partie de l’Éthique comme l’effort de l’individu pour persévérer dans son être. Dès lors, c’est le désir qui fait qu’on recherche l’objet et non l’inverse. Et désirer est bien identique à vouloir sauf en ce qu’on rapporte plutôt le vouloir à l’esprit et désirer à l’esprit et au corps en tant que l’esprit est conscient de désirer. Mais une telle distinction n’est bien évidemment pas essentiel.

Or, lorsqu’on veut comme lorsqu’on désire, on ne sait pas nécessairement quelles sont les causes qui nous amènent à faire l’effort d’obtenir une chose. La preuve en est qu’on dit qu’on cède à un désir lorsqu’un désir est plus fort qu’un autre et qu’on a l’habitude de considérer un autre désir comme licite. C’est ce qu’on appelle vouloir. Car, c’est toujours notre bien que nous cherchons, soit notre bien immédiat, soit un bien futur. Si je me distrais à la place de travailler, c’est que le plaisir est immédiat alors que le travail étant médiation exige de différer la satisfaction du désir. En ce sens, vouloir ne s’oppose pas à désirer mais peut s’en distinguer si on appelle vouloir, désirer ce qui exige des moyens intermédiaires pour y arriver. Mais même en ce sens, la différence n’est pas fondamentale.

 

En somme nous nous demandions si désirer est la même chose que vouloir ou s’il y a une différence de nature entre ces deux modalités par lesquelles nous aspirons à des biens réels ou apparents. Que vouloir implique conscience et réflexion alors que désirer peut paraître une impulsion subie n’apparaissait pas suffisant. Pour qu’il y ait une différence de nature entre désirer et vouloir il faut penser que le vouloir par essence soit libre arbitre. Or, il est apparu qu’une telle conception devait être abandonnée car elle implique à la fois la croyance en la transparence absolue de la conscience et une conception du désir comme manque. Si on pense le désir comme conatus et le libre arbitre comme une illusion, alors désirer est essentiellement la même chose que vouloir.

 

Publié dans Sujets L ES S

Commenter cet article