Fiche 3 (L, ES, S) : L'inconscient

Publié le par Bégnana

Le terme inconscient peut être un adjectif ou un nom. Comme adjectif, il désigne tout ce qui n’est pas connu ou senti comme tel dans un sujet. Par exemple, les battements du cœur sont inconscients. On peut le dire également d’une représentation, d’une affection, voire d’une action qui échappe au sujet : par exemple, une habitude. Comme nom, le terme inconscient a un sens moral. L’inconscient désigne quelqu’un qui agit sans réfléchir à la dimension morale de son action, sans prendre en compte les conséquences prévisibles. Être un inconscient est un défaut. Le terme désigne surtout, ce qui, dans le psychisme, échappe à la conscience.

Les problèmes de l’inconscient concernent essentiellement l’inconscient psychique. Que nombre de phénomènes corporels soient inconscients, voire qu’on définisse l’inconscient par le corps n’est pas un problème. Par contre, l’idée d’une représentation inconsciente et donc d’un inconscient psychique paraît contradictoire. En effet, si la représentation est inconsciente on ne peut rien en savoir. Si elle est connue, elle est consciente. Il n’en reste pas moins vrai que les représentations conscientes peuvent être obscures ou contradictoires de sorte que c’est en admettant des représentations inconscientes, voire un inconscient, qu’on peut en rendre compte. Peut-on légitimement et à quelles conditions admettre l’hypothèse d’un inconscient psychique ?

Le second problème concerne la morale. S’il y a un inconscient psychique, le sujet semble être excusé dans tous ses actes qui, finalement, n’émanent pas de lui. Cependant, le refus de l’hypothèse de l’inconscient n’implique-t-elle pas une condamnation injuste des sujets qui souffrent ? L’hypothèse de la transparence du sujet qui se connaîtrait parfaitement s’il le veut n’est-elle pas une façon de rendre coupable des innocents ? Bref, l’hypothèse de l’inconscient excuse-t-elle légitimement ou non ?

Le troisième problème est épistémologique. S’il faut interpréter pour rendre compte des données lacunaires de la conscience, qu’est-ce qui permet de valider les interprétations puisque le sujet sur qui elles portent les méconnaît par définition ? Autrement dit, une science de l’inconscient est-elle possible ?

 

Publié dans Fiches

Commenter cet article